Education de chiot

Le premier jour dans le nouveau foyer
Le mieux, c’est d’acheter votre nouveau chiot à un moment où vous pouvez lui offrir votre compagnie et votre totale attention pendant quelques jours, tant qu’il ne s’est pas installé chez vous. En l’emmenant chez vous dans la matinée, il aura le temps de s’accoutumer, manger, jouer et se fatiguer avant l’heure d’aller se coucher.

Lors de son arrivée chez vous, laissez-le renifler tout autour afin qu’il puisse
se familiariser avec les lieux. Ensuite, mettez-le dans sa niche.
L’arrivée d’un nouveau chiot dans une maison doit être gérée avec beaucoup de soin. En effet, il s’agit là d’un moment difficile, d’un moment de confusion pour votre nouveau chiot. Votre maison est pour lui une nouveauté totale. Il est confronté à de nouvelles visions, à de nouveaux bruits, à de nouvelles odeurs, qu’il peut certes trouver excitants, mais aussi un peu déroutants. Il va ressentir le manque de sa mère, de ses frères et sœurs. Il va donc se tourner vers votre famille et vous pour remplacer la compagnie, le confort et la sécurité qu’il a laissés derrière lui. Demandez à l’éleveur un morceau de la niche qui hébergeait sa mère et les autres chiots, afin que votre petit puisse garder des odeurs de sa vieille vie.

Choisissez-lui un nom le plus tôt possible. Soyez cohérent et répétez-le plusieurs fois à chaque fois que vous lui parlez. Il apprendra vite à vous répondre. Les jeunes enfants de la famille doivent savoir qu’un chiot n’est pas un jouet. Vous trouverez que votre chiot joue avec énergie pour des courtes périodes pour aller ensuite se coucher pendant une heure environ. Le sommeil est aussi important pour votre chiot qu’il l’est pour un bébé : dès lors, ne le dérangez pas lorsqu’il se repose.

Evitez de priver les autres animaux de la maison de votre attention, autrement ils vont être jaloux du nouveau venu. Les présentations doivent être menées graduellement, en territoire neutre et sous un contrôle constant. Ne laissez jamais un nouveau chiot tout seul avec un chat ou un chien plus vieux. Nourrissez-les séparément jusqu’à ce qu’ils soient devenus copains.

Le drame de la « première nuit », avec pleurs et gémissements, peut être adouci par quelques petits trucs anti désespoir.
-Tout d’abord, il faut mettre le panier ou la cage du chiot dans la chambre à coucher, de façon à ce qu’il ne se sente pas trop seul. Oui aux mots de réconforts, non à la permission de monter sur le lit « juste pour cette fois ».La cohérence est la qualité fondamentale d’un bon maître et ce qui est permis le premier jour doit l’être pour toujours.
– On peut remplacer la chaleur et la sécurité qui lui venaient de la présence de ses frères et soeurs par un « petit frère en peluche » chaud et doux. La peluche pourra lui tenir compagnie, voire être rongée et utilisée comme un objet « anti stress ». Dans les deux cas, on aura obtenu un résultat… mais attention : il ne faut jamais donner au chiot la peluche préférée de son enfant, sous peine de devoir affronter le lendemain un autre drame !
– On peut laisser à la disposition du chiot la couverture (ou le chiffon) imprégné de l’odeur du box qu’il occupait avec sa mère et ses frères et soeurs et que l’on aura emportée en allant le chercher.

Enfin, et surtout, soyez gentil et patient avec votre chiot tout au cours de sa période d’acclimatation dans votre maison. Pendant les premiers jours, ne le grondez pas et ne lui parlez pas durement, même s’il fait des bêtises ou crée une pagaille : dans son état de confusion, il ne pourrait qu’apprendre à avoir peur de vous.

Cette période d’initiation doit être un temps de plaisir au cours duquel votre chiot et vous devez apprendre à vous connaître l’un l’autre, de façon à ce qu’il ait confiance en vous : ce qui sera la base pour une vie future heureuse.

Ne laissez pas votre chiot trop longtemps seul à la maison : par sa solitude il risquerait de détériorer votre environnement. Votre abscence, courte ou prolongée, lui pèse énormément.

Au moment de votre départ, votre chiot peut tenter de vous attendrir par ses gémissements et son regard attristé. Afin d’éviter ce genre de séparation et la suite des évènements (aboiements et quatre cents coups dans la maison), essayez de partir en douce, sans vous préparer devant lui et sans calîns montrant que vous allez le quitter.
Quelques minutes suffisent à changer son comportement : le chien n’a pas la notion du temps, et que vous partiez un quart d’heure ou trois heures, son attitude sera identique. Quittez-le d’un air détaché comme si de rien n’était, de façon à ce qu’il ne se rende compte de rien.
Le silence renforçant la solitude, vous pouvez laisser un bruit de fond (musique, télévision…) qui mettra de l’ambiance pendant votre abscence.

Il est inutile de punir votre chiot pour une faute qu’il a commise durant votre abscence. Il ne fera pas la relation entre la punition et la faute à cause du temps écoulé, mais associera la réprimande au retour du maître. L’air honteux dans son regard, comme pour se faire pardonner, n’est en réalité qu’un acte de soumission. Mieux vaut adopter une attitude positive et rentrer de bonne humeur sans chercher des yeux d’éventuels dégâts : le maître doit être celui par qui arrivent le bien-être et la sécurité. Soyez tolérants et pensez qu’un chien n’a pas la même notion des valeurs qu’un humain. Le plus raisonnable est d’enlever tous les objets précieux se trouvant à sa portée!

Comment nourrir correctement votre chiot?
Lorsque vous allez chercher votre chiot, il est judicieux de demander un peu de sa nourriture habituelle pour les premiers jours chez vous. Un changement de nourriture brusque, plus un changement d’environnement, peuvent conduire à des diarrhées et des vomissements.

Les progrès de la nutrition ont permis d’offrir pour chaque phase de la vie la bonne nourriture pour avoir un chien en bonne santé. Une nourriture spéciale pour chiot est conçue pour répondre aux besoins d’un chien en pleine croissance et lui apporter tout ce dont il a besoin pour grandir. Le contenu en énergie et en protéines ainsi que les proportions de minéraux et de vitamines sont adaptés à ses besoins particuliers. Des compléments, comme par exemple des préparations à base de calcium, ne sont pas utiles, sauf en cas de maladie et ne doivent être donnés que sur prescription du médecin.

Les premiers mois sont très importants. Des erreurs d’alimentation à cette période peuvent avoir des conséquences plus tard. Si vous avez des questions à ce sujet, adressez-vous à votre vétérinaire.
Ne donnez pas à manger en dehors des repas, mais veillez à ce que votre chien ait toujours de l’eau fraîche à sa disposition.
Jusqu’à l’âge de 6 mois, il est judicieux de donner à manger jusqu’à 3 fois par jour. Ne laissez pas la nourriture à disposition plus d’une demi-heure. Si votre chien ne mange pas ou ne mange qu’une partie, mettez ce qui reste au réfrigérateur et reproposez-le au prochain repas. Ainsi vous habituez votre chiot à des heures de repas fixes et vous éviterez aussi les problèmes d’excédent de poids.
Si votre chien saute un repas ou ne mange pas durant toute une journée, ne vous faites pas trop de soucis. Au début cela peut arriver. Le chiot va sûrement se rattraper le lendemain. Par contre, s’il a en plus des diarrhées, des vomissements et un manque d’entrain, une visite chez le vétérinaire est indispensable. Ces symptômes peuvent être chez le chiot des signes de maladie grave.

N’essayez pas de motiver le chiot avec des friandises ou de lui offrir de la nourriture à la main pour l’inciter à manger. Sinon, votre chien va vous réclamer ce service particulier constamment et ne voudra plus manger dans sa gamelle.
Les friandises sont naturellement autorisées en dehors des repas mais avec modération. Dans les premières phases de l’éducation, de petits biscuits ( spécial chien) pour récompenser peuvent rendre de bons services. Mais n’exagérez pas. La nourriture principale doit rester sa nourriture spéciale pour chiot . De cette manière, une alimentation parfaite est assurée.

Le chocolat, le sucre et la charcuterie ne conviennent pas comme friandises.

La propreté en un rien de temps
L’apprentissage de la propreté à la maison pose rarement de problèmes avec les chiots qui ont été élevés dans des conditions normales, puisqu’un chiot élevé avec sa mère jusqu’à l’âge de 6 ou 7 semaines aura appris à s’éloigner de l’endroit où il dort pour aller faire ses besoins. Les chiots désirent instinctivement être propres et très peu de chiens choisiraient de souiller l’endroit où ils dorment s’ils pouvaient faire autrement.

Un jeune chiot a besoin d’uriner et déféquer fréquemment car sa vessie et son intestin sont encore tout petits. Ceci vous donne de nombreuses occasions en tant que propriétaire de féliciter votre chiot pour avoir fait au bon endroit, lui permettant ainsi d’apprendre très vite. Ne punissez pas votre chiot pour avoir fait au mauvais endroit. C’est votre responsabilité de l’emmener au coin toilettes choisi aussi souvent qu’il en a besoin, en général, dès qu’il se réveille, après chaque repas et à des intervalles d’une heure environ. Emmenez votre chiot dehors, attendez qu’il fasse, puis félicitez-le en lui donnant un biscuit ou en jouant avec lui. Pendant qu’il apprend, il est indispensable que vous attendiez près de lui afin de pouvoir le récompenser au bon moment.

Les jeunes chiots auront inévitablement des petits  » accidents « . Il est important de les ignorer et de nettoyer bien afin que l’odeur ne persiste pas, car cela pourrait l’encourager à recommencer au même endroit. Ne grondez pas votre chien pour ses erreurs, mais récompensez-le plutôt lorsqu’il fait les choses bien ; très vite, il demandera à sortir de lui-même.

Il est aussi possible d’entraîner votre chien à faire ses besoins sur commande. Pendant qu’il fait, prononcez des mots que choisirez, tels que  » fais  » ou  » va vite « . Votre chien fera ensuite le rapprochement entre les mots et l’action. Il est donc important que vous ne prononciez ces mots-là que lorsqu’il qu’il est en train d’accomplir son office. Faire faire ses besoins à son chien sur commande est très pratique puisque les propriétaires ont pour devoir d’empêcher leur chien de souiller sans discernement. Apprendre à votre chien à se soulager dans votre jardin avant que vous ne quittiez votre maison peut aider à prévenir les accidents dans les parcs ou sur les trottoirs. Enfin, assurez-vous de toujours transporter un sac à crottes afin de pouvoir nettoyer si votre chien défèque dans un endroit public.

Assis! Couché!
Le chien est un animal de meute, et il est tout à fait normal pour lui qu’il y ait un chef de meute. Si vous considérez votre chien comme un ami égal en droits, vous lui laissez trop de liberté, et il n’en sera que plus troublé, car il a besoin de règles claires lui servant d’orientation. Dans une meute, il ne peut y avoir qu’un seul chef.

Pour faire comprendre à votre chiot ce que vous voulez de lui, vous n’avez pas besoin de crier. Le ton avec lequel vous vous faites entendre est beaucoup plus important. Au son de votre voix, votre petit chien peut reconnaître si vous le grondez ou le félicitez. Les mots que vous utilisez ne jouent qu’un second rôle.
Il faut que ce soient des mots courts, et pas de longues phrases. « Viens ici! »est déjà trop long. « Viens! » suffit largement.
Même si vous êtes une personne polie, un « s’il-te-plaît » n’aide pas beaucoup le chien. Evidemment, il est parfois difficile d’être aussi autoritaire avec un petit être si mignon. Mais c’est le seul moyen pour que la communication entre vous et votre chien fonctionne.

Dès le premier jour dans la famille le chiot cherche sa place dans la meute, et vous pouvez commencer avec de petits jeux éducatifs. Commencez par des exercices à base de jeux avec le petit chien. N’interrompez pas un exercice d’éducation tant que votre chien ne l’a pas effectué avec succès. Et félicitez-le à chaque fois qu’il le réussit. Mais ne dépassez pas cinq minutes par exercice et par jour et au total quinze minutes par jour.
Veillez à ce que vous soyez toujours celui qui décide quand un exercice ou un jeu commence et quand il se termine. Même si le petit arrive avec toute sa collection de jeux, vous pouvez tranquillement lui dire  » non « . Cela aide votre chiot à définir sa place dans la meute.

Viens!
Le mieux est d’effectuer les premiers exercices dans la maison. Il est tout d’abord important que le chien réagisse face à vous et vienne quand vous l’appelez. Utilisez toujours le même mot, comme par exemple « Viens! », éventuellement avec son nom. Si vous l’avez appelé une ou deux fois, il va certainement arriver. Félicitez-le bien. Une petite friandise comme récompense est autorisée.

Parfois, votre petit chien a d’autres choses beaucoup plus importantes à faire et ne pense pas à venir. S’il ne se passe rien après deux appels, allez le chercher et emmenez-le à l’endroit d’où vous l’avez appelé. Répétez tout de suite l’exercice. Si vous appelez votre chien lors de la promenade et qu’il ne vient pas, la tentative de le rattraper peut se transformer en chasse. Votre chien peut croire qu’il s’agit d’un jeu. Le but de l’exercice n’est alors pas atteint. Pour cette raison, il est plus judicieux en plein air d’utiliser une autre méthode : si votre chien ne vient pas quand vous l’appelez, tournez-vous et continuez votre chemin. Dans la plupart des cas, le petit arrive très rapidement de peur de vous perdre. Naturellement, il ne doit pas être trop éloigné. Lors des premières promenades sans laisse, votre chiot doit rester dans un rayon de quelques mètres.

Non!
Dans chaque chiot se cache un petit explorateur qui veut découvrir son environnement. Les mordillements font aussi partie des méthodes de découvertes pour tester le goût. Cela peut être contrariant, voire même dangereux pour votre chiot. En effet, certaines plantes vertes sont toxiques (par exemple les dieffenbachias et les poinsettias) ou peuvent provoquer des blessures (cactus). Elles doivent être éloignées du champ d’action des chiots.

Si votre chiot est en train de mordiller vos chaussures, faites un échange avec lui: proposez à la place un objet de remplacement (par exemple un os ou des jouets). Félicitez-le s’il joue maintenant avec ce dernier. Il peut ainsi assouvir son besoin naturel de mordiller, et vous préservez votre garde-robe. Même s’il est mignon de voir comment votre chiot s’empare de votre chaussure, vous devez toujours avoir le même comportement et refuser. Non seulement votre chien grandit, mais aussi ses dents. Et après la dixième paire de chaussures, vous douterez de votre décision …

Assis!

Vous pouvez commencer tôt avec l’ordre « Assis! ». Les ordres « Au pied! » et « Reste! » viennent ensuite. Avec ces ordres, vous allez avoir votre chien sous contrôle. Même dans une situation inhabituelle, vous pouvez amener votre chien en position assise avec uniquement un signal auditif et vous empêcherez de cette manière que votre chien ne courre devant une voiture à cause d’un chat.
Comment y arriver? Les friandises sont au début d’une grande aide. Tenez une friandise au-dessus de la tête de votre chien et faites la sortir lentement de son champ visuel. Dites maintenant « Assis! ». Du fait que le chiot veut suivre la friandise intéressante, il s’assoie vraiment. Ensuite, il est félicité et reçoit la friandise. S’il refuse de le faire, on peut l’aider un peu en faisant légèrement pression sur son postérieur. Les friandises ne doivent être données que quand le chien s’est correctement assis. Sinon le chien va apprendre autre chose : « Si tu es bien têtu, tu recevras la friandise de toute façon ».

Votre chien a déjà appris les choses les plus importantes. Si votre chiot, malgré tous vos efforts, ne veut pas vraiment comprendre, ou tout simplement parce que c’est plus amusant de s’exercer avec d’autres chiens, les écoles de chiots ou les centres d’éducation offrent de bonnes possibilités d’approfondir les acquis. Le contact régulier avec d’autres chiens est de plus un aspect important des groupes de chiots et des centres d’éducation. Le petit y apprend à s’affirmer, mais aussi à être dominé et à capituler. C’est une bonne méthode pour que les chiots qui sont timides face à d’autres chiens, deviennent plus sûrs d’eux.

Laisse et collier
Si votre chiot n’a pas encore vécu l’expérience du collier, il doit d’abord s’y habituer dans la maison lors des premiers jours. Au début, il va vraisemblablement beaucoup se gratter et même essayer de l’enlever. Mais, il va s’y habituer très vite. Dans la maison, il n’est pas nécessaire que votre petit chien porte constamment son collier, mais c’est une obligation pour les promenades.

Après une semaine d’accoutumance, vous pouvez entreprendre votre première promenade, équipé du collier et de la laisse. Evidemment pour votre chiot
tout est nouveau : il veut renifler partout, s’arrête brusquement, ou vous coupe le chemin. Lors des premières promenades, vous devrez peut-être lui parler pour le rassurer, afin qu’il tolère le collier et la laisse.
Vous allez avoir envie de tout autoriser au chiot, car finalement il doit aller à la rencontre de son environnement. Mais, là aussi, il faut être ferme: c’est vous et non le chien qui doit décider du chemin à suivre. Evidemment, il a le droit de renifler, mais si vous tirez un léger coup sur la laisse et l’appelez, alors il doit repartir sans broncher.

Si votre chien s’est habitué après deux ou trois jours à la laisse, il est venu le temps de lui apprendre le commandement  » Au pied ! « . Evidemment, cela ne va fonctionner parfaitement qu’au bout de quelques semaines, voire quelques mois. Mais si vous êtes persévérant dès le début, vous aurez plus tard moins d’effort à fournir. Même avec un petit chien, il est beaucoup plus agréable de se promener sans qu’il tire constamment sur la laisse.
Les centres d’éducation sont d’une aide précieuse pour l’apprentissage de la  » marche en laisse « . Vous pouvez y apprendre les premières bases avec d’autres propriétaires de chiens sous la direction d’un instructeur compétent.

Restez le chef
A l’âge de six mois, beaucoup de chiens se trouvent dans l’âge ingrat (cela peut arriver jusqu’à l’âge de deux ans chez certains chiens). Tout ce que vous avez enseigné à votre chien semble être oublié : il ne vient plus, et n’obéit plus aux ordres  » Assis  » ou

 » Au pied « .
Dans cette période, le jeune voyou veut tester son rang, pour voir s’il ne peut pas prendre le rôle de chef de meute. Apprenez lui à être docile, et remettez le jeune chien à sa place. Même chez un chien adulte, il est judicieux de lui apprendre à être docile. Et pour un vieux chien aussi, une félicitation est importante quand tout marche bien.
Comme dans la meute, une place précise attend le chien dans la famille. Ne lui laissez donc pas trop de liberté. Vous devez tuer dans l’œuf, avec les mesures adéquates, tout signe précurseur d’agressivité. Même s’il est mignon, de voir comment le chiot défend son os ne doit pas être autorisé. Même s’il n’a que quelques mois, il se peut qu’il soit déjà trop tard. Lui faire perdre ce comportement demande beaucoup d’efforts et peut même chez les grands chiens être dangereux.
Aucun chien n’est agressif de nature. Un chien qui est agressif envers les humains n’a pas reçu les bonnes mesures d’éducation lors des premiers mois. Vous devez par exemple donner à manger avant ou après votre propre repas , jamais pendant. Et surtout ne lui donnez jamais dans votre assiette.

Vous devez pouvoir tranquillement enlever la gamelle de votre chien pendant qu’il mange. Il doit aussi donner ses os à mordiller et ses jeux sans broncher.
S’il grogne ou veut mordre, il faut réagir de façon énergique. Ordonnez-lui de venir  » au pied  » ou couchez-le sur le côté. Maintenez-le par terre avec la main sur la nuque. Libérez-le uniquement quand il abandonne et se détend (cela peut durer au début plusieurs minutes). Parlez calmement avec l’animal pendant ce temps. Cette méthode, appelée apaisement de la dominance, peut être utilisée pour tous les cas de comportement inapproprié, comme par exemple lors du brossage si votre chien montre les dents et menace. Avec cette méthode, vous ne lui faites pas mal. Elle correspond au comportement d’un chien dominant dans une meute pour remettre un plus jeune chien à sa place. Ne laissez le petit se lever que lorsque vous le voulez, même si le chien se débat.
Prendre son museau dans la main imite un geste de dominance entre chiens et renforce votre position. Dès le début, il doit être clair pour tous les membres de la famille que le chien se trouve à la dernière place de la hiérarchie.
Pour empêcher les premières ambitions de votre chien à accéder un rang plus élevé, il faut lui interdire de s’asseoir sur le canapé ou de dormir dans votre lit. Et dans le cas contraire, cela doit se faire uniquement sous votre autorisation expresse.

Le fait qu’un chien  » enfourche  » ou  » chevauche  » les jambes des membres de la famille est souvent mal interprété. Ceci n’est pas un comportement sexuel déplacé, mais un signe de dominance. Les chiennes ont aussi ce comportement sur des compagnons qu’elle domine. Ne tolérez en aucun cas ce comportement. Surtout pas avec des enfants. Vous devez tout de suite exprimer un  » non « franc.  Commencez tôt avec ces mesures. Il y a alors de fortes chances que votre chiot devienne un bon chien bien élevé.

Il est naturellement plus difficile de corriger une mauvaise habitude déjà acquise que de l’empêcher dès le début. Les chiens qui ne sont pas remis à leur place à temps peuvent devenir, à l’âge d’un an ou deux de véritables problèmes. Ils atterrissent souvent dans un refuge pour animaux ou doivent même, dans le pire des cas, être euthanasiés s’ils représentent un danger pour les humains. Cela n’aura pas lieu si vous commencez dès le plus jeune âge à éduquer votre chiot de façon conséquente.

Vous ne faites pas de mal à votre chien si vous le réprimez. Vous lui montrez seulement sa place dans la hiérarchie. De par sa nature, il est normal que le chien essaie régulièrement d’atteindre une place plus élevée. Et il ne tient qu’à vous de l’en empêcher dès le début. Seule une hiérarchie réglée et claire peut rendre possible une vie en commun agréable et harmonieuse avec votre chiot.

L’idée reçue que votre chien ne peut être dominé qu’à l’aide de coups est dépassée depuis longtemps. Les chiens qui sont battus sont plutôt peureux ou mordent même par peur. Ils n’ont pas confiance en l’homme. Vous aurez de meilleurs résultats en le félicitant et étant persévérant, et bien sûr en lui offrant beaucoup d’amour !

N’oubliez pas que votre chien n’est pas le seul qui doit apprendre. L’homme aussi doit apprendre. Il doit se comporter d’une telle manière que le chien fasse ce qu’on attend de lui.

Soins du pelage
Le peigne et la brosse font partie des ustensiles les plus importants d’un nouveau propriétaire de chien. Vous devez commencer tôt avec les soins pour votre chiot. Car plus votre chien connaîtra la procédure tôt, plus il s’y habituera facilement.

Les longs pelages avec des sous-poils épais ont besoin de soins plus réguliers. Ils doivent être peignés et brossés avec précaution.
Si la fourrure est emmêlée, le brossage peut devenir douloureux. Si vous commencez tôt et brossez votre chien régulièrement, cela peut être un moment très agréable pour lui. A cette occasion, votre chiot apprend que vous pouvez le toucher au ventre, les pattes et les autres endroits sensibles.
Par contre, votre chiot ne doit pas être baigné trop souvent. S’il s’est roulé dans des saletés, un bain est alors bien utile. Utilisez pour cela un shampoing spécial pour chiens. Les shampoings fortement parfumés ne conviennent pas aux chiens dont l’odorat est très développé et beaucoup de chiens vont ensuite se resalir directement après le bain. En hiver, vous devez veiller à ce que votre chien reste au chaud après le bain.

vaccinations-véterinaire
Lors de votre première visite chez le vétérinaire (le carnet avec la date pour le premier rappèl de vaccin vous êtes donné par l’éleveur), votre chiot va être entièrement ausculté. Mais, à la maison, vous pouvez aussi reconnaître les petits problèmes grâce à des contrôles réguliers.

Des démangeaisons inhabituelles peuvent indiquer une infestation par des puces. Des dépôts marrons ou noirs dans les oreilles peuvent être les premiers signes d’une inflammation. Des yeux rouges et larmoyants sont les premiers signes d’une conjonctivite.
Exercez-vous régulièrement à prendre la température et à contrôler les oreilles, les dents et les pattes. L’administration de médicaments est aussi simplifiée si votre chien a l’habitude que vous lui ouvriez le museau.
Les visites chez le vétérinaire seront aussi simplifiées si votre chien a déjà toutes ces habitudes à la maison.
Il est tout à fait normal que votre chien perde ses dents de lait à l’âge d’environ cinq mois. Vers six mois, le remplacement des dents est terminé, et les dents définitives sont là. Parfois, il arrive qu’une dent de lait ne veuille pas tomber. Dans ce cas, il faut la faire retirer. Adressez-vous à votre vétérinaire.

Soins contre les vers
À la naissance, de nombreux chiots ont déjà des vers intestinaux, appelés ascaris. Pour que votre chiot puisse se développer sainement, il est important de veiller à éliminer ces vers. Il existe à cette fin de nombreux produits efficaces et sans danger, et votre vétérinaire pourra vous prescrire un traitement adapté. Les éleveurs professionnels traitent toujours les chiots contre les vers, dès l’âge de 15 jours, et par la suite tous les mois. Demandez à votre éleveur si votre chiot a été traité contre les vers, et parlez-en à votre vétérinaire.

Les chiens adultes ont aussi des ascaris et d’autres types de vers. Pour éviter que votre chien ne soit infesté par ces vers, vous devrez lui donner un traitement contre les vers tous les six mois tout au long de sa vie.

Puces et tiques
Si vous remarquez que votre chien a des puces ou des tiques, vous devrez consulter votre vétérinaire qui pourra vous recommander un produit anti-puces efficace. Si votre chien a des puces, il faudra aussi traiter son environnement immédiat. Passez toute sa litière à la lessive. Lavez son panier et nettoyez sa caisse, les recoins dans lesquels il se réfugie et son tapis. Utilisez des poudres ou des aérosols anti-puces. Si vous avez des doutes sur un produit anti-puces, demandez conseil à votre vétérinaire.

Soins des yeux et des oreilles
Votre chien devrait toujours avoir les yeux et les oreilles propres. Vous pouvez lui nettoyer le tour des yeux en procédant doucement avec un coton-tige humidifié. Pour les oreilles, utilisez du coton sec. Agissez avec prudence et n’enfoncez aucun objet pointu ou qui risque de le blesser.

Griffes
Les griffes de votre chien doivent être contrôlées. Si vous promenez habituellement votre chien sur des surfaces dures (telles que de l’asphalte), rappelez-vous que les griffes s’usent naturellement, et vous n’aurez dans ce cas rien de particulier à faire. Mais si votre chien marche le plus souvent sur de l’herbe, il faudra lui raccourcir les griffes de temps en temps. Votre vétérinaire peut vous montrer comment faire cela correctement.

Dents et gencives
Les chiots aiment mordiller les objets qu’ils rencontrent dans la maison.

Faites lui perdre cette habitude et ne le laissez pas faire. Offrez un jouet spécialement conçu à cette fin. Si les chiots n’ont généralement pas de problèmes avec leurs dents ou leurs gencives, du tartre peut néanmoins se former à la base de leurs dents et causer des gingivites chez des chiens n’ayant parfois pas plus de 12 mois. Pour éviter cela, contrôlez régulièrement les dents de votre chien.
Certains biscuits spéciaux ou autres produits à mâcher pour chiens peuvent être très bénéfiques à cet égard, en contribuant à éliminer le tartre. Vous pouvez aussi commencer à brosser les dents de votre chien dès cet âge